Vous avez déjà eu vos règles mais vous remarquez des petits saignements en dehors des règles ? C’est ce qu’on appelle le spotting. Le quoi ? On vous dit tout sur ce phénomène qui touche de nombreuses femmes.

Le spotting, kézako ?

Non, ce n’est pas une histoire de boutons. Le spotting, c’est un terme anglais qui signifie littéralement “tâche” et qui désigne, comme son nom l’indique, les pertes de sang survenant en dehors de la période des règles. Ces saignements vaginaux indolores sont en général plus foncés que les règles et beaucoup moins abondants, mais ils n’en restent pas moins gênants. De nombreuses femmes sont touchées par le spotting, qu’elles soient sous contraception ou non.

Les causes du spotting

En général, c’est un dérèglement hormonal qui cause le spotting. Sous l’effet de différents facteurs, les deux hormones principales qui régulent le cycle féminin peuvent se désharmoniser et entraîner alors de légers saignements. Ça peut notamment être dû à la contraception hormonale (pilule, implant, DIU hormonal, patch ou anneau vaginal) que vous prenez, le temps que le corps s’y adapte. Le stress et les émotions peuvent également entraîner un dérèglement hormonal et provoquer des saignements vaginaux entre les règles.

Si vous avez fait un long voyage récemment, avec un décalage horaire ou jet-lag, alors vous pouvez aussi être victime de spotting. Le décalage horaire, outre avoir un impact sur le sommeil, peut aussi mettre en vrac votre cycle menstruel, surtout s’il est important. Votre corps et plus exactement votre muqueuse utérine peut donc réagir avec du spotting. Il ne faut surtout pas s’inquiéter, ça ne dure que quelques jours et puis s’en va, le temps que votre horloge biologique se soit synchronisée avec votre nouveau rythme.

Le spotting peut également apparaître pendant la grossesse. Si cette dernière est généralement accompagnée d’un arrêt des règles, il peut arriver que le corps continue son cycle et des pertes de sang sont alors possibles. Une femme sur quatre est touchée par le spotting pendant la grossesse. Si ça vous arrive, il est important de consulter un médecin, car ça peut également être le signe d’une grossesse extra-utérine ou d’une fausse couche.

Enfin, si le plus souvent, le spotting est sans gravité, s’il dure plus longtemps qu’une dizaine de jours ou si ça vous arrive au cours d’un même cycle ou de plusieurs cycles, il faut en parler avec un médecin car ça peut être le signe de maladies gynécologiques, d’infections sexuellement transmissibles ou d’autres problèmes de santé, comme des troubles de la thyroïde.

Quelques conseils pour éviter le spotting

-> Ne pas fumer. Fumer peut baisser le taux d'œstrogènes dans votre organisme et ainsi provoquer un dérèglement hormonal, l’une des premières causes provoquant le spotting. C’est encore plus probable si vous mêlez pilule et cigarettes.

-> Éviter l’effet yo-yo. Prendre du poids et/ou en perdre peut affecter l’équilibre hormonal naturel de votre corps et donc entraîner des pertes de sang irrégulières. Le mieux est donc d’essayer de maintenir son poids de forme en adoptant une alimentation équilibrée et un mode de vie actif. Tout simplement !

-> Se déstresser. Les situations stressantes peuvent altérer beaucoup de choses dans le corps et notamment modifier la libération et l’absorption de l’hormone du stress, le cortisol, ce qui peut entraîner des perturbations au niveau du cycle menstruel et le spotting en fait partie. Il vaut mieux donc les éviter au maximum en n’oubliant pas de s’offrir quelques instants de détente pour évacuer ses soucis.

-> Changer de contraception. Le spotting pouvant également être le résultat d’une contraception inadaptée, il est important de consulter pour discuter des autres options possibles avec votre professionnel de santé.

Mais le meilleur conseil reste encore de consulter un professionnel de santé pour discuter avec lui afin de découvrir les causes possibles qui provoquent votre spotting et de trouver ensemble des solutions.